Du nouveau... Et encore du nouveau - Nadia Lévesque
Nadia Lévesque

Grande amoureuse des arts, je recherchais un endroit ou je pouvais partager cette forme d’expression qui n’est pas nécessairement apprécié de tous mais qui est si cher à mes yeux. Voilà pourquoi j’ai lancé – il y a peu de temps – ce blogue. Car oui, via le Web je peux dorénavant m’exprimer et vous confier mes coups de coeur. Bienvenue!

Du nouveau... Et encore du nouveau

Du nouveau... Et encore du nouveau - Nadia Lévesque

La piscine de ma ville a été fermée de nombreux mois pour des travaux. Je suis une nageuse avertie, et j’ai besoin de m’entraîner souvent. J’avais donc changé de lieu d’entraînement. J’avais découvert un complexe aquatique à quelque trente kilomètres de chez moi. La distance me rebutait, aussi ai-je été bien contente que la piscine municipale a ré ouvert ses portes. J’étais très curieuse, comme de nombreux habitants du coin, de voir à quoi elle ressemblait maintenant. Avec quelques amies, nous avons pris rendez-vous pour le samedi suivant.

Lise, Claire et Nancy vinrent me chercher. Dans la voiture, nous formulions des hypothèses basées sur les rumeurs glanées dans le quartier. Claire avait entendu l’épicier parler d’un espace détente, pourvu d’un sauna, où l’on pouvait se faire masser. Lise connaissait un gars qui y avait travaillé, et qui lui avait révélé que plusieurs bassins avaient été reconstruits, dont un pour les tout-petits. Cela l’intéressait, car elle souhaitait initier son fils de trois ans aux joies de la baignade. Nancy n’avait aucun avis, elle n’était pas sortie de chez elle depuis une semaine, la grippe l’ayant clouée au lit. Elle tentait cette sortie, mais n’était pas sûre de vouloir nager, de peur de retomber malade. Distraite, je réfléchissais à ce que j’aurais à faire la semaine prochaine. Je savais qu’il me fallait, notamment, appeler mon planificateur financier. Je n’écoutais donc pas toute la conversation.

Mes amies étaient, comme moi, adeptes des longueurs et elles appréciaient nager pendant un peu plus d’une heure. C’est un minimum pour moi, et je comptais bien rester un peu plus pour profiter de la nouvelle infrastructure. Lorsque Claire se gara sur l’aire de stationnement, je sortais de mes réflexions. Je repris le cours de la conversation, elles en étaient à parler des glissoires qui avaient été installées. Je me dirigeais vers l’entrée pour payer, mais là, je stoppais.

Mon ancien petit copain, souriant, était à la caisse. Lise remarqua qu’elle me l’avait dit dans la voiture, mais je n’avais pas écouté. Je reconnais que cela m’a tout de suite enlevé l’envie d’entrer, toute curieuse que j’étais de voir les nouveautés de la piscine. La fin de notre relation s’était un peu mal passée. Je l’avais trouvé à un café avec une femme dont il tenait la main. Il n’avait pas eu le temps de se justifier que je l’avais quitté. Arrivée devant lui, je demandais une entrée. « S’il te plaît, écoute-moi, j’étais avec ma sœur ce jour-là… » J’écoutais avec attention. Finalement, je lui pardonnais et acceptais son invitation au restaurant pour le soir. Le plaisir de le revoir est quotidien, à présent que nous sommes ensemble de nouveau.